Incisive

Mord où ça fait mal

Pourquoi Incisive n’est pas sur Facebook (ni Twitter)

delete-facebook-incisive
Pourquoi Incisive n'est pas sur Facebook

Ne cherchez pas Incisive sur Facebook, vous ne trouverez pas !

Je n'ai rien contre Zuckerberg ni contre son idée, à la base : suivre le quotidien de ses potes et de ses collègues, et garder contact avec son cousin du bout du monde, le regarder se débattre avec sa planche à voile, c'est sympa.

Simplement (oui, tout simplement - inutile de chercher midi à 14h) Facebook est devenue une noyade.

A peine tu te connectes que tu es submergé par des vagues de news. Et à peine tu en traverses une que la suivante t'arrive en pleine face.

La tendance, pour gagner du temps sur le temps précieux que l'on perd (le principe de Facebook est celui de TF1 : bouffer le temps de cerveau disponible), est de liker et smiler (aka : réagir par le biais d'un smiley) la tarte aux pommes de tata Francette, le mondial de l'auto et les incendies de Californie dans la même seconde (tap, tap, tap), avec le même investissement émotionnel.

Pour les blogs et journaux, le principe du Facebookien chevronné est le même : liker ou scrogneugner (aka : commenter par un smiley tout rouge) le titre de l'article - sans le lire - ou mieux encore : liker ou scrogneugner uniquement la photo d'illustration.

  • Bébé : j'aime - c'est trognon, adorable.
  • Chaton : j'adore - c'est encore plus trognon, adorable.
  • La tarte aux pommes : j'adore - pour faire plaisir à Francette (mais sa recette, en fait, je m'en tape).
  • Tempêtes, incendies, Donald Trump, guerres : par principe, on met un smiley rouge.

Incisive aime les océans, mais préfère éviter la noyade.

Incisive respecte ses sujets, mais aussi ses lecteurs (voir notre Charte).

Et les personnes que l'on respecte, on ne les invite pas sur des bancs glissants dans une petite pièce surchauffée où tous les convives parlent en même temps.

Voilà.


Incisive refuse aussi la notion marketing de "l'urgence".

Vous savez, ces pages de vente avec un compteur, qui vous font croire que le "prix spécial" va disparaître dans 3 jours, 3 heures ou 3 secondes.

Sur les "fils d'actu" - que ce soit celui de Facebook ou celui de Twitter - c'est pareil : le site avale les "nouvelles" si vite que vous avez l'impression de tout manquer - et il ne faut rien manquer, bien sûr, alors le cerveau aussi avale, avale.

L'urgence, la vraie, c'est la planète Terre - la seule qu'on ait - que l'on massacre. C'est la biodiversité qui s'étrique. C'est l'océan, devenu un dépotoir. C'est l'extinction massive de millions d'espèces, animales, végétales. C'est la violence - physique, économique, sociale. Ce sont les victimes de ces violences diverses - leur souffrance. C'est notre lobotomie de masse - consentie.

Non, l'actualité n'est pas l'urgence.

L'urgence, c'est comme dans les hôpitaux : le tri ne se fait pas en fonction de qui arrive le premier, ni de celui qui crie le plus fort.

Sur les réseaux sociaux - comme à télé - on crie fort et on gesticule : c'est à qui restera sur l'écran ou en haut de page.

Incisive a l'esprit du scalpel - et celui du squale - mais pas les poumons d'une grande gueule (de raie ou pas).

De plus, la politique de confidentialité de Facebook est pour le moins opaque - cela non plus, n'est pas l'éthique d'Incisive.


Comment suivre Incisive, alors ?

Retrouvez Incisive grâce à sa newsletter, à son flux RSS, et, mieux encore, devenez Tipeurs !


Vous pouvez également (bien sûr !) partager le contenu d'Incisive sur vos comptes sociaux ou vos réseaux (c'est facile, ça se fait d'un simple clic) ou par email. 

Ce n'est pas parce qu'Incisive a fait le choix d'un retrait de Facebook que vous devez forcément suivre - donc, oui, partagez, ne vous privez pas !

Hits: 3