Incisive

Mord où ça fait mal

Les Ogres d’Hollywood

(Présentation de la chronique "Les Ogres d'Hollywood")

A partir du 5 octobre 2017, l’affaire Harvey Weinstein devient l’épicentre d’un séisme de magnitude 10 sur l’échelle des scandales sexuels : ses répliques, en quelques heures, se propagent à l’international.

Des dizaines d’actrices, modèles, secrétaires, assistantes, dénoncent le magnat d’Hollywood. J’ai été harcelée, dit l’une, humiliée, reprend l’autre, menacée, précise une troisième, agressée, renchérit une autre. Certaines accusent le producteur d’avoir tenté de les violer – et parfois, d’avoir réussi. Les récits les plus lointains remontent à la fin des années 70.

#metoo
Alyssa Milano a lancé le hashtag #MeToo le 15 octobre 2017 (image d'illustration)

Le 15 octobre 2017, le hashtag #MeToo, propagé par l’actrice Alyssa Milano, devient viral.

Au-delà de l’industrie du cinéma, les prédateurs sexuels de toutes sortes – connus comme anonymes – sont exposés à la vindicte publique.

Ainsi, des États-Unis jusqu’au Japon, les témoignages et anecdotes déferlent : « promotion canapé », propos sexistes, drague insistante, sifflements, insultes, gestes déplacés, chantages, menaces.

Au-delà, des millions de récits d’agressions et harcèlements à caractère sexuel envahissent les réseaux sociaux et la presse. Les femmes parlent.

Et certains hommes suivent : parfois victimes d’autres hommes ; parfois, simplement, solidaires des femmes.

catherine-deneuve-liberte-importuner-tribune
Catherine Deneuve fait partie des 100 signataires de la tribune sur la "Liberté d'importuner"

A contrario, d’autres manifestent leur désaccord avec ce qu’ils considèrent comme une curée médiatique.

Roman Polanski, par exemple, voit #MeToo comme une « hystérie collective ».

De leur côté, Catherine Deneuve, Brigitte Lahaie et Catherine Millet signent, avec 97 autres, une tribune dans Le Monde pour défendre ce qu’elles considèrent comme la « liberté d’importuner » :

(...) #metoo a entraîné dans la presse et sur les réseaux sociaux une campagne de délation et de mise en accusation publique d’individus qui, sans qu’on leur laisse la possibilité ni de répondre ni de se défendre, ont été mis exactement sur le même plan que des agresseurs sexuels.(...) La confession publique, l’incursion de procureurs autoproclamés dans la sphère privée, voilà qui installe comme un climat de société totalitaire. (...) En tant que femmes, nous ne nous reconnaissons pas dans ce féminisme qui, au-delà de la dénonciation des abus de pouvoir, prend le visage d’une haine des hommes et de la sexualité. Nous pensons que la liberté de dire non à une proposition sexuelle ne va pas sans la liberté d’importuner. 

Tandis que dénonciations, accusations, et parfois interpellations (comme dans le cas de Bill Cosby) se poursuivent, qu’Hollywood tremble sur son fondement (des Oscars au Festival de Cannes), et que des « pro » et « anti » #MeToo s’écharpent, un silence demeure assourdissant : celui qui accueille la parole des enfants victimes.

hashtag-silence-enfants-victimes
Sommes-nous prêts à entendre la parole des enfants victimes ?

L'industrie du divertissement est-elle prête à entendre les critiques concernant l'exploitation parfois abusive des acteurs et actrices de moins de 18 ans - dont plusieurs, devenus adultes, parlent ?

Et nous-mêmes, le sommes-nous ?

Harvey Weinstein et Bill Cosby sont-ils les pires ogres d’Hollywood ?

La réponse, au long de cette chronique.

0/ Introduction : Les Ogres d'Hollywood

  1. Sexe, mensonges et cinéma : la face cachée d’Hollywood
  2. Il était une fois l’Ogre : Harvey Weinstein (rédaction en cours)
  3. #MeToo : les femmes rompent le silence (à venir)
  4. Affaire Bill Cosby : un ogre tombe (à venir)
  5. Hollywood : la fabrique des monstres et des étoiles (à venir)
  6. L’exploitation sexuelle des enfants, le nouveau #MeToo d’Hollywood? (à venir)

(Article suivant : Sexe, mensonges et cinéma : la face cachée d'Hollywood)

Hits: 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *